Impression 3D et fabrication additive

Que trouverez-vous dans ce secteur ?

 

Grande nouveauté 2020 : retrouvez en un seul et même endroit toute l'offre en impression 3D et fabrication additive, qui était jusqu'à présent dispersée sur plusieurs salons. Vous retrouverez ainsi dans ce secteur du hall 6 toute l'offre en machines, périphériques, consommables et savoir-faire.

LE MARCHE MONDIAL EN QUELQUES CHIFFRES

Source : article de 3Dnatives du 17/12/18

Le marché de la fabrication additive - machines, logiciels, matériaux et services - a généré 9,3 milliards de dollars en 2018 (+18% vs 2017).

 

En 2027, il devrait dépasser les 41 milliards.

 

Si tous les marchés sont touchés, l’aérospatial, la santé et l’automobile resteront clés, et les biens de consommation et l’énergie représenteront de belles opportunités.

 

Croissance équilibrée : toutes les composantes du marché se développent de façon homogène, avec des objectifs communs et des solutions qui répondent à tous les besoins. Cette croissance s'explique essentiellement par :
 

 

  1. l’adoption stratégique de la technologie par de grands groupes internationaux qui cherchent à accélérer son développement et promouvoir son utilisation, favorisant ainsi la création de nouveaux procédés et matériaux,

     

  2. la combinaison de ces technologies avec les machines-outils et process déjà existants, permettant ainsi de développer des applications plus complexes et variées, dans n’importe quel secteur.

 

 

 

Un secteur en pleine (r)évolution :

L’avènement des machines hybrides

 

Malgré ses nombreux avantages et son développement ces dernières années, nombre de professionnels sont arrivés à la conclusion que la fabrication additive ne remplace pas la fabrication traditionnelle : coût élevé des systèmes, limitation de la taille, allongement des temps de fabrication qui restreignent la production de masse, besoin de formation des utilisateurs, problèmes de finition, de certification et de contrôle des procédés…

 

Aussi, plutôt que de substituer une technologie à une autre, ils considèrent que la combinaison des deux s’avère à la fois plus rentable et plus productive, notamment dans la production de pièces complexes et sensibles.

 

D’où le développement exponentiel des machines hybrides qu’Engineering.com définit comme « une combinaison de dépose par laser (impression 3D, technique additive) et d’usinage/fraisage par contrôle numérique (technique soustractive) dans un dispositif unique (…). Au premier abord, on peut penser qu’il est difficile de concilier des techniques additives et soustractives dans une production duale (…), mais si leur chorégraphie est harmonieuse, elles offrent aux compagnies prêtes à envisager ces nouvelles méthodes des capacités inégalées de fabrication ». 

 

 

 

LISTE DES EXPOSANTS