GLOBAL
INDUSTRIE
Actualités

Partager sur

14 février 1876 : l'invention du téléphone, un sacré numéro !


Que s'est-il passé cette semaine dans l'Histoire de l'industrie ? C'est pour répondre à cette question que Global Industrie vous invite à retrouver, de façon hebdomadaire, un fait historique qui s'est produit ces jours-ci… en d'autres temps. Revenons aujourd'hui 145 ans en arrière, en cette belle journée du 14 février 1876 où l'une de nos vieilles connaissances, Alexander Graham Bell, dépose aux USA le brevet d'invention du téléphone. Une démarche pourtant toujours controversée tant il y a de monde et de friture sur la ligne…

 

LA VOIX DE SES MAÎTRES

 

Depuis son plus jeune âge, le petit Alexander est passionné par la parole. Et pour cause(s). Alors que son grand-père, son oncle et son père, universitaire renommé, étaient professeurs de diction, il n'a que 12 ans lorsque sa mère commence à perdre l'audition. Rien de bien surprenant donc au fait qu'il décroche, à tout juste 16 ans, un poste d'étudiant-professeur de diction et de musique à la Weston House Academy, dans son Ecosse natale où il a vu le jour le 3 mars 1847.

En 1870, sa famille s'installe au Québec puis dans l'Ontario. Et c'est donc en Amérique, à 29 ans, qu'il se voit attribuer la paternité de cette célèbre invention. 

 

LE TÉLÉPHONE, ENFANT ILLÉGITIME ?

 

Et pourtant… Si la suite paraît téléphonée, saviez-vous qu'Alexander Graham Bell n'est peut-être pas le vrai géniteur du célèbre appareil ? C'est en effet un Français, Charles Bourseul, agent de l'administration des télégraphes de son état, qui pose son principe plus de vingt ans auparavant dans un article paru dans L'Illustration le 26 août 1854 sous le titre "Transmission électrique de la parole". Sept ans plus tard, le 26 octobre 1861, un scientifique amateur allemand, Philip Reis, prononce pour la première fois le mot "téléphone" dans une déclaration à la Société de physique de Francfort. Deux ans après, en 1863, son dispositif expérimental aurait permis de transmettre la voix avec une bonne qualité, quoique d'une faible intensité.

 

DE L'OR A L'APPEL

 

Connaissez-vous Antonio Meucci ? Non ? Et pourtant, il semblerait bien que cet inventeur italo-américain ait fabriqué plusieurs dispositifs téléphoniques entre 1849 et 1870, et même déposé un brevet descriptif le 28 décembre 1870. Il aurait alors confié ses prototypes à Edward B. Grant, le vice-président de l'American District Telegraph Company of New York. Lequel n'aurait rien trouvé de mieux à faire que de les "perdre" dans le laboratoire où travaillait un certain… Alexander Graham Bell qui n'aurait eu qu'à attendre que Meucci perde les droits sur son invention, faute d'argent pour les payer, pour déposer son propre brevet en 1876 !

Si l'histoire paraît digne d'un roman de gare, il faut tout de même noter que le 11 juin 2002, la Chambre des représentants des États-Unis a reconnu le rôle d'Antonio Meucci dans l'invention, en soulignant que "s'il avait été capable de payer les 10 dollars de frais pour maintenir la promesse de brevet après 1874, aucun n'aurait pu être délivré à Bell"

Autre cas troublant, le 14 février 1876, l'inventeur américain Elisha Gray communique à l'Institut américain de la propriété industrielle une demande de brevet pour une invention concernant "la transmission et la réception électrique de la voix humaine". Soit le même jour, voire même deux heures avant Graham Bell dont le brevet aurait néanmoins été examiné immédiatement à la demande de son avocat, tandis que celui de Gray ne le fut que le lendemain... 

Quoi qu'il en soit, aussi troublantes ces histoires soient-elles, il n'en demeure pas moins que pour la postérité, Alexander Graham Bell a tiré le bon numéro (de téléphone) et qu'il est considéré comme l'inventeur du fameux objet qui, exploité commercialement aux États-Unis dès 1877 et en France dès 1879, lui apporta la gloire et l'argent. Le bonheur, c'est simple comme un coup de fil…

 

"Un téléphone portable sur dix est volé dans l'année : les agresseurs sont généralement sans mobile"– Laurent Ruquier

 

 

ÇA S'EST AUSSI PASSÉ CETTE SEMAINE :

- 8 février (1919) : une première liaison aérienne est établie entre Paris et Londres
- 9 février (1942) : le paquebot Normandie brûle à New York
- 9 février (1969) : le Boeing 747, surnommé Jumbo Jet, effectue son premier vol aux États-Unis
- 11 février (1854) : les rues principales de Washington sont éclairées avec du gaz de charbon pour la première fois aux États-Unis
- 11 février (1937) : après 44 jours de grève avec occupation d'usines, General Motors admet la représentativité des United Auto Workers
- 11 février (1970) : lancement d'Osumi, premier satellite japonais
- 12 février (1879) : ouverture de la première patinoire artificielle d’Amérique du Nord au Madison Square Garden à New York
- 12 février (1892) : le Français Léon Bouly dépose un brevet pour un "cinématographe"
- 12 février (1914) : l'Américaine Mary Phelps Jacob dépose le brevet du soutien-gorge
- 13 février (1804) : le britannique Trevithick fait rouler sa voiture à vapeur sur des rails
- 14 février (1930) : lancement à Saint-Nazaire du navire-école Jeanne d'Arc
- 14 février (1990) : la sonde américaine Voyager 1 effectue le Portrait de famille, un ensemble de clichés montrant six planètes du système solaire
- 14 février (2019) : Airbus annonce l'arrêt de la production de l’A380 et la fin des livraisons en 2021, douze ans après sa mise en service

Le 09/02/2021