Actualités

Partager sur

"J'AI TROUVE MON NOUVEAU COLLABORATEUR SUR LE CAMPUS GLOBAL INDUSTRIE !"

Rencontre avec Pascal Hervault, Président ifm France. 

 

Contrairement aux idées reçues, l’industrie française est un foisonnant vivier d’emplois dont beaucoup demeurent malheureusement non pourvus. Trouver de nouveaux collaborateurs figure parmi les préoccupations majeures des industriels. 
C'est en partant de ce constat et pour y répondre que le Campus GLOBAL INDUSTRIE a vu le jour en 2018, dès la création du salon. Avec succès, comme le prouve cette belle histoire de rencontre tant humaine que professionnelle que nous raconte Pascal Hervault, Président d'ifm France.

 

 DECOUVRIR LE CAMPUS 

 

► POUVEZ-VOUS NOUS PRESENTER EN QUELQUES MOTS IFM FRANCE ? 

 

ifm France est la filiale d’ifm electronic, groupe allemand qui emploie 7 000 personnes et atteint un chiffre d'affaire de 1 milliard d’euros cette année, pour ses 50 ans . Ce fabricant de solutions d’automatismes industrielles est capable de proposer une gamme allant « du smart sensor à l’ERP ».

 

 

► QUEL SONT VOS BESOINS ET VOTRE POLITIQUE DE RECRUTEMENT ? 

 

En tant que filiale commerciale proposant des solutions très techniques, nous recherchons régulièrement des technico-commerciaux, des experts techniques, supports avant et après-vente de notre force de vente, des assistantes commerciales etc. Par conséquent des profils alliant des compétences techniques et commerciales... Denrée rare ! Nous recrutons en direct en général, via des annonces sur notre site web et les sites Cadremploi, Monster, LinkedIn etc., ou des recruteurs tels Uptoo ou Synergie… Les entretiens sont ensuite faits en interne. 

 

 

► PARADOXALEMENT, DANS UN PAYS QUI CONNAIT UN FORT TAUX DE CHOMAGE, L’INDUSTRIE PEINE A RECRUTER. COMMENT L’EXPLIQUEZ-VOUS ET QUE FAITES-VOUS POUR LUTTER CONTRE CE PHENOMENE ? 

 

L'explication est simple. L’Education Nationale et les parents des dernières générations ont trop souvent considéré que les filières techniques étaient l'apanage des élèves moyens, voire mauvais ! Sans prendre en compte l’énorme besoin de recrutement de la filière industrielle et en imaginant, par ignorance, que nous travaillions encore avec nos limes et nos scies à métaux dans des ateliers sales et poussiéreux… J’exagère à peine ! D'où le peu d’attractivité des formations techniques.

 
Pour une filiale commerciale, il y a en plus une double peine : les techniciens diplômés ne sont en effet pas non plus forcément attirés par des carrières commerciales. Là aussi, l’image d’Epinal du VRP à l’ancienne nous fait du tort, alors que ce sont des métiers passionnants, très bien rémunérés et offrant de réelles opportunités de carrières. J’en suis moi-même un bon exemple, avec mon BTS technique et mes débuts professionnels en tant que technico-commercial…


Autre point négatif, surtout si on fait la comparaison avec ce qui se passe outre-Rhin : il existe trop peu de liens entre les industriels et les écoles. C'est la même chose pour les formations en apprentissage, même si le gouvernement actuel fait de réels efforts en ce sens. 


Pour lutter contre ce phénomène, nous avons lancé notre propre action « CAMPUS » dans laquelle je suis directement impliqué. L’objectif est de proposer des interventions dans les collèges et lycées pour présenter nos métiers techniques et commerciaux. Idem pour les BTS, IUT et écoles d’ingénieurs, pour présenter les carrières commerciales cette fois-ci… Nous sponsorisons aussi des concours de robotique pour attirer des jeunes techniciens vers nos métiers et nous commençons à nous rapprocher de certains établissements scolaires pour développer plus de partenariats sur la durée.

 

 

► POURQUOI VOUS ETES-VOUS ENGAGE DANS L’AVENTURE DU CAMPUS GLOBAL INDUSTRIE ? COMMENT S’EST FAITE LA RENCONTRE AVEC PIERRE ? 

 

Pour toutes les raisons évoquées précédemment. Cette initiative constitue en effet une belle opportunité de toucher un maximum de jeunes !

 

Pierre faisait partie de l'une des équipes lauréates du challenge « Génération Smart » sur l'édition lyonnaise du salon, en 2019. C'est lui qui a approché ifm pour préparer son sujet. Il a donc eu la bonne idée de garder nos coordonnées et de nous recontacter quand il cherchait une entreprise pour sa formation en alternance, une licence pro technico-commerciale.

 

 

► QU’EST-CE QUI VOUS A SEDUIT DANS SON PARCOURS, SA PERSONNALITE… ? COMMENT SE PASSE SES PREMIERS MOIS ? 

 

Sa motivation à intégrer notre société et ce métier, sans oublier son aisance relationnelle et son humilité. Il a su très rapidement se faire une très bonne image au sein de toute l’entreprise. C'est un garçon sérieux, avec une belle capacité à apprendre, curieux et n’hésitant pas à poser les bonnes questions. Par conséquent un vrai sans-faute pour ces premiers mois !

 

 

► CONSEILLERIEZ-VOUS A UNE ENTREPRISE DE PARTICIPER AU CAMPUS ET SI OUI, POURQUOI ?

 

Bien sûr ! Toutes les opportunités sont à saisir ! Dès que j’en ai l’occasion, je tente d'ailleurs de motiver mes confrères et nos clients à s’investir. Mais si tous sont conscients de l’intérêt, trop peu à mon goût passent de l’envie à l’action ! A suivre.

 
On se demande d'ailleurs bien pourquoi… En tant qu'industriels, nous avons aussi notre part de responsabilité quant au peu de jeunes qui rejoignent nos sociétés… Observez comment certains exposants accueillent les gamins sur leurs stands ! Je comprends que nous ayons des objectifs à courts termes, au premier rang desquels le développement de nos business. Mais là, il s’agit du long terme… Nous parlons de nos prochains collègues, de nos remplaçants ! Nos futurs clients sont à l’école en ce moment !!


L’industrie française se porte mieux ces dernières années. Il y a plus d’usines qui se créent que de sites qui ferment… Elle se modernise et demande de plus en plus de technicité. Elle a donc de plus en plus besoin d’ingénieurs en R&D, de techniciens qualifiés à l’avenir… Il est urgent de réagir !

 

 

 INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT AU CAMPUS 2020 

 #GICAMPUS 

Le 02/12/2019